Vous êtes ici :

Portrait : Thierry, basse

Thierry, chanteur basse, revient avec nous sur son rôle de délégué du Chœur Sorbonne Université et sur sa passion pour Chopin.

Peux-tu nous présenter ton parcours ?

Après le baccalauréat, j’ai fait deux années de licence de Mathématiques et Informatique à la faculté des Sciences de Sorbonne Université suivies d’une année de césure pour préparer les concours nationaux et internationaux de piano avec le conservatoire de Paris. J’ai finalement réintégré la Sorbonne pour une licence de Musique et musicologie, et cette année je suis entré en Master MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation). Pour ce qui est de ma formation musicale, je suis actuellement des cours de piano au conservatoire de Créteil et d’accompagnement au conservatoire du 17ème arrondissement. Je suis également bassiste d’un groupe de jazz : JazzyMood.

Quel métier souhaiterais-tu exercer ?

Je ne suis pas encore arrêté. Je pense à plusieurs métiers comme professeur de musique au collège ou lycée - je pense passer l’agrégation -, professeur de piano en conservatoire, ou encore pianiste concertiste.

Depuis combien de temps fais-tu partie du COSU et pourquoi l’as-tu intégré ?

C’est ma 4ème année au sein du chœur. Chanter est une pratique collective que j’affectionne particulièrement.

Cette année tu es délégué du chœur. Pourquoi as-tu décidé de te présenter et quel est ton rôle ?

J’ai souhaité me porter garant de la parole du chœur pour garder une unité au sein d’un groupe. Si les étudiants rencontrent des problèmes ou qu’il y a des conflits, je suis une personne vers qui ils peuvent se tourner. Je suis aussi là pour aider à organiser des événements regroupant les étudiants du chœur et de l’orchestre.

Que représente le COSU pour toi ?

Je considère le COSU comme une seconde famille parce que j’y suis depuis un certain temps. Nous avons fait des tournées (Abu Dhabi, Varsovie) qui ont permis de créer des relations profondes et solides entre les membres du groupe. Cette année, nous avons une belle cohésion. C’est parfois un petit peu difficile d’intégrer les nouveaux arrivants, mais nous faisons tout pour que ça fonctionne. La tournée à Heidelberg en juillet va encore consolider les choses.

Quel concert t’a le plus marqué ?

Lorsqu’on a donné la Symphonie n°9 de Beethoven au Grand Amphithéâtre. C’était un 13 décembre, le jour de mon anniversaire, et pendant la chauffe, le chœur m’a chanté une chanson d’anniversaire. J’en ai gardé un très beau souvenir, d’autant plus que j’aime beaucoup Beethoven ! Et puis, évidemment, les concerts lors des tournées à l’étranger m’ont également marqué.

Un concert de la saison que tu attends particulièrement ?

J’ai hâte d’être au concert « Lieder profanes et religieux ». Il met en avant trois compositeurs romantiques que j’affectionne : Brahms, Mendelssohn et Schumann.

Quel est ton compositeur favori ?

Chopin. Sa musique me va droit au cœur et s’exprime d’elle-même sans explications nécessaires. Elle exprime les sentiments humains. Chacun pourrait s’y reconnaître.

Peux-tu partager avec nous trois morceaux/pièces que tu écoutes en ce moment ?

It’s Raining Again de Supertramp, La Moldau de Bedrich Smetana (sur lequel je fais d’ailleurs travailler les élèves durant mon stage actuellement) et The Yellow Jacket de Shaun Martin.

Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Le COSU est en pleine expansion, nous nous donnons à 100 % pour chaque concert et avons besoin de soutien ! N’hésitez pas à nous suivre et, plus globalement, à développer l’Art au sein de votre entourage.

Back to Top